Après une halte de quelques jours à Istanbul où nous avions pu garer le camion à un la_mosqu_e_bleue__vue_du_camion__emplacement «de rêve», dans un otopark calme et gardé au pied de la mosquée bleue, nous avons pris le chemin de la Bulgarie que nous ne ferons que traverser pour nous rendre en Roumanie.

vue_g_n_raleCes quelques photos évoquent l'ambiance de la ville d'Istanbul qui mériterait à elle seule un long texte … Nous le ferons de vive voix ! Ce qu'on peut en dire rapidement, c'est qu'on appréhendait unsc_ne_de_rue peu le bruit et la fureur de cette ville tentaculaire. On a réussi à se caler au calme et à profiter du quartier sc_ne_de_rue_2de Sultanahmet et de ses monuments emblématiques mais aussi de l'ambiance qui règne sur les quais au pied du pont de Galata, des bazars etc...

Nous quittons donc la Turquie après un périple de 6000 km.

Pour les curieux, quelques spécificités turques :

SUR LA ROUTE

Les chantiers routiers : dans tout le pays, des travaux titanesques sont en cours pour transformer de simples routes secondaires en 2 fois 2 voies. Sur certains tronçons, seul le gros œuvre est terminé ou les travaux sont en cours et les véhicules circulent sur de la piste en cailloux ou en terre pendant des kilomètres. Sur d'autres routes la moitié de la chaussée prête à recevoir de l'asphalte semble être en attente depuis un temps assez long comme si le chantier était bloqué. On s'est demandé pourquoi de tels chantiers pour une circulation aussi peu dense ?

Les Dolmus : des minibus de 15 places, souvent flambant neufs, relient entre eux les petites villes et villages sur de courtes distances. Les gens, hommes et femmes attendent sur le bord des routes (hommes face à la route, femmes dos à la route) et leur font signe pour se faire emmener. Dans les villages ils sont empruntés par les paysannes qui vont travailler dans les champs.

La R 12 : la voiture de base des campagnes turques, en berline ou break.

Trafik control : lorsque la police ou la jandarma arrête des véhicules pour les contrôler, le policier, à notre approche, nous indique comme aux autres de nous garer sur le côté, mais aussitôt qu'il voit notre plaque étrangère, il nous fait signe de continuer notre route : bien agréable !!

2 fois 2 voies : la plupart des villes petites ou grandes ont leur entrée en 2 fois 2 voies avec terre-plein central.

La jandarma : elle est un peu l'équivalent de notre gendarmerie, présente partout même dans les petits bourgs. Dans l'est du pays, elle garde ponts, cols, et endroits stratégiques. Elle est de garde dans des casemates sur des hauteurs avec sacs de sable en protection, mitraillette à l'épaule jour et nuit. En région kurde, on peut même voir quelques tanks y compris dans les villes. La police «Polis» des villes qui fait des rondes constantes et parfois des milices d'habitants qui font de la surveillance, complètent le dispositif. Pas de problème, on est bien gardé !!

BOIRE ET MANGER

Firini__Four_Ekmek : le pain s'achète dans les «firin» qui sont des boutiques dans lesquelles se trouve le four à pain. Les pains à la vente sont souvent rangés un à un sur des étagères en bois dans la vitrine ou posés sur un comptoir. Ovales ou formés de plusieurs boules comme une brioche, bien levés et pleins de mie ou plus plats en forme de galette, ils sont toujours excellents. On vous a déjà montré le simit, petite couronne parfois tressée et recouverte de sésame.

Toutes les petites épiceries servent de dépôt de pain. Il est alors présenté dans de petits placards vitrés devant la boutique.

Peynir : les turcs consomment beaucoup de «féta» et de yaourth souvent vendus par kilo. Sinon le fromage est une pâte cuite au lait de vache, assez insipide. Dans certaines régions, on trouve du fromage de brebis, tressé ou en miettes ou en boules, nature ou aux herbes.

Cay : la boisson nationale. Il est produit à l'est du pays près de Rize dans les contreforts desautour_d_un__ay_avec_Talip_et_Mustafa montagnes qui descendent vers la mer Noire. Il est bu partout à tout heure, au travail, à la maison, au café, dans les boutiques, dans la rue. Il est offert très fréquemment. Il existe des porteurs de cay : c'est leur travail de distribuer le cay à longueur de journée. Nous avons pu le constater lors de notre journée passée dans la concession Volkswagen de Gaziantep.

La bière : la principale marque de bière est EFES qui a inondé le pays de ses enseignes. Elle est bue en toute discrétion et nous ne l'avons jamais vu boire dans les cafés. Nous avons par contre souvent vu des hommes se retrouver en voiture dans des lieux un peu isolés pour boire une ou deux canettes qu'ils laissaient vides sur place avant de repartir. Cela ne se fait visiblement pas de boire de l'alcool publiquement ! Et nous n'avons vu aucun individu ivre sur la voie publique pendant tout notre voyage.

OFFRIR

On rencontre et on offre facilement en Turquie : on nous a offert des cays et des nescafés partout, de la bière une fois, un petit déjeuner, des repas, du poisson, des boîtes de raisins secs, un bouquin, un petit bracelet, des fleurs...

Merci à tous pour ces gestes d'accueil et de générosité!

REMARQUES DIVERSES

Atat_rk__et_la_R12__Culte de la personnalité : des noms de rues, d'avenues, de boulevards portent son nom. Des statues sur les places prestigieuses des villes ou dans les centres des villages le représentent droit dans son uniforme militaire, ou monté sur un cheval. Des portraits sur d'immenses drapeaux qui flottent en haut des mâts ou qui couvrent les murs de monuments montrent son visage à tous les âges de sa vie. Partout, partout Mustafa KEMAL, l'homme qui, d'une poigne de fer a mis en place la république turque contemporaine, est reconnu, encore aujourd'hui comme Atatürk, père de la patrie. Ses immenses portraits voisinent avec le drapeau turc visible dans tout le pays y compris sur les balcons des immeubles ou sur les plages arrières des voitures.

Les retraites : 25 ans de travail et on peut toucher sa retraite en Turquie. Un français en rêverait. Ce que je ne connais pas c'est le montant versé ?

Entrée de la Turquie dans l'Europe : Vraiment non merci. Les quelques turcs auxquels nous avons pu poser la question n'en voit pas l'utilité ni d'éventuels avantages.

La France : Les turcs connaissent «Germania» mais la France ne semble pas ou très peu connue.

Français et Turc : les mots : A notre surprise, certains mots turcs sont des traductions phonétiques de mots français :

toilettes = tuvalet petit beurre = pötiböre

charcuterie = sarkuteri taxi = taksi

tomates = domates autobus = otobüs

remorque= römork télévision = televizyon

hotel= otel gendarmerie = jandarma

coiffeur = kuaför restaurant = restoran

gaufrettes = gofret ventilateur = ventilatör

pardon = pardon et bien d'autres ...

D. le 23 mai à Kirkarelli