Une soirée à Apoldu de Jos

C'est la fin de la journée à Apoldu de Jos, un village saxon de l'ouest de la Roumanie. Longuemaison_de_village_de_type_saxon rue principale bordée de fermes qui ne nous montrent que leur dos : murs, grands porches, fenêtres sur rue presque toujours closes ; puis un fossé assez profond, un talus d'herbe et des passages pour faire communiquer la chaussée et les habitations.

Ce soir, comme tous les soirs, un fermier attend devant sa porte cochère. Plus loin c'est une femme qui guette. Le long de la rue on voit des gens devant leur habitation. Que peuvent-ils bien attendre ? Elles arrivent avec leur maître de retour de leur sortie à la campagne (c'est vraiment l'image que j'en ai eue) : une file de vaches qui avance au milieu de la rue suivie par un berger et son chien. Quand une vache reconnaît sa maison et son maître elle se détache du troupeau et rentre chez elle. Le fermier referme derrière elle la grande porte cochère. Mais tous les fermiers ne sont pas là à l'heure du retour… Alors la vache reconnaissant sa maison, se détache du troupeau et va attendre patiemment devant chez elle que son maître lui ouvre. Tout au bout de la rue le berger et son chien maintenant seuls rentrent chez eux. Le lendemain matin, au passage du berger, nos vaches une à une, parfois à deux ou trois, sortent des fermes et vont grossir le troupeau qui s'éloigne dans les champs pour la journée. On se dit que ces vaches-là ont quelque chose de l'humain et que ces paysans-là ont un bon sens de la collectivité.

Bavardages___l_ombreIl est 20h et le magasin mixt (petite épicerie) près duquel nous sommes arrêtées est toujours ouvert. Un petit garçon de 5 ans venu acheter du pain à vélo a bien des problèmes en ressortant du magasin : il lui faudrait trois mains, deux pour le guidon et une pour le pain...

Deux gitans portant des chapeaux à large bord, suivis d'une femme,Gitans_sur_la_route traversent fièrement le village en marchant au milieu de la rue. La femme porte une jupe longue, à plis, d'un beau rouge fleuri et un petit gilet en cuir. On les voit s'éloigner. Ils habitent certainement tout au bout du village comme nous avons souvent pu le constater.

Des acheteurs passent encore tardivement la porte du magasin mixt qui n'éteindra ses lumières que vers 22h. Tout est calme maintenant dans le village. Chacun vit sa vie intra-muros.

Nous quittons la Roumanie (très chaude en ce moment) pour la fraîcheur des montagnes autrichiennes après une rapide traversée de la Hongrie.

D, Oradea, 11 juin.